Le 20 mars 2017

Le futur d’Internet est dans l’espace

Space X veut mettre en orbite plus de 4000 satellites

 

Pendant que Facebook s’entraîne avec les drones, Space X veut mettre en orbite plus de 4000 satellites afin d’amener Internet vraiment partout. L’enjeu est de taille, étant donné qu’il n’y a dans l’espace que 24 satellites pour le GPS et que toutes les entreprises s’étant attelées à la tache ont échoué.

L’ambition Space X

Elon Musk voit les choses en grand. Il a fondé Space X parce qu’il est persuadé que l’humanité va coloniser Mars, et il veut en faire partie. Cependant, il sait aussi que l’aventure martienne sera longue, compliquée et très onéreuse.

Où va-il trouver les fonds nécessaires? En tant qu’entrepreneur, Musk a examiné tous les secteurs à fort potentiel afin de trouver de nouveaux investisseurs et il est arrivé à la conclusion suivante :  le business du futur sera celui de la fourniture d’accès Internet en haut débit depuis l’espace. Au lieu de tirer du câble sur toute la planète Terre, il est préférable de la couvrir de satellites.

Le haut débit pour coloniser l’espace

L’idée n’est pas nouvelle, mais extrêmement compliquée à mettre en place. Il y a presque vingt ans, Teledesic (avec l’aide de Bill Gates) avait planifié de mettre en orbite 824 satellites, mais le projet a été suspendu en 2003. Parallèlement, tous les tentatives commerciales des sociétés telles qu’Iridium ou Globalstar tombaient à l’eau.

Aujourd’hui, il y en a beaucoup qui tentent leur chance en utilisant les HAPs (High Altitude Platforms), afin d’amener Internet dans les zones qui en sont dépourvues. Zuckerberg a envisagé les drones, des structures très légères et sans pilote, capable d’être longtemps en vol, s’alimentant par le biais de l’énergie solaire. Le prototype s’appelle Aquila.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Loon, le ballon stratosphérique de Google

En utilisant des algorithmes d’intelligence artificielle, Google a lancé les trente premiers ballons en juin 2013 depuis la Nouvelle-Zélande. Après la Nouvelle-Zélande, le géant américain souhaite étendre l’expérimentation dans des pays à la même latitude, comme l’Afrique du Sud, l’Uruguay, l’Australie ou encore le Chili.

Chaque ballon peut maintenant relayer la 4G sur un rayon de 80 kilomètre, un des buts poursuivis étant de créer un anneau de connectivité continue autour du monde.

Combien de satellites pour aller dans l’espace?

Le réseau GPS repose sur 24 satellites, alors que Galileo –  un système de positionnement par satellites (radionavigation) développé par l’Union européenne  – se basera sur 30 satellites.

Le projet d’Elon Musk? Déployer 4.425 satellites pour équiper  la planète entière d’une connexion Internet haut débit, sur des bandes de fréquences Ku et Ka, entre 12 et 18 GHz pour les premières et entre 26,5 et 40 GHz, pour les secondes.

Pour ce faire, Space X a déposé une demande officielle à la Federal Communication Commission. Le site Futura Science précise : « Dans un premier temps, il est prévu d’en envoyer 800 pour couvrir les États-Unis, Porto Rico et les îles Vierges. Mais comment toutes ces milliers d’unités de quelque 385 kg et mesurant 4 x 1,8 x 1,2 m seront-elles déployées ? Sur plusieurs niveaux d’orbite, qui plus est. Par lots de 50 pour les orbites à 1.110, 1.130 et 1.150 km de la surface et par lots de 75 à 1.275 et 1.325 km d’altitude. Avec les lanceurs Falcon 9 et Falcon Heavy, 16 lancements suffiraient pour le premier essaim de 800. »

Coût total estimé de l’opération : 10 milliards de dollars. Réussira Elon Musk a remporter le pari de « fournir un service Internet global omniprésent » face à la concurrence de Google et Facebook ? Il ne reste plus qu’à attendre le résultat de ce choc de titans.

Laisser un commentaire